Pour fêter le 10e anniversaire de Coveo Blitz, on a décidé d’organiser l’édition 2020 dans la métropole! En effet, nous avons des bureaux tout neufs prêts à accueillir les équipes d’étudiants. Coveo Blitz c’est l’une des plus anciennes compétitions de programmation au Québec, et c’est aussi une occasion de goûter à la fameuse #Coveolife.


J’en ai jasé un peu avec Marc Sanfaçon, un des fondateurs de Coveo et l’instigateur de Coveo Blitz. Il a littéralement organisé toutes les éditions, alors on devrait être en mesure d’apprendre des trucs intéressants. 

Blitz, comment ça marche?

Les étudiants du cégep et de l’université assemblent leurs équipes de trois ou quatre et doivent passer un challenge technique pour s’inscrire. S’ils sont admis, ils viendront, le 18 janvier prochain, passer une longue journée dans nos bureaux.

«Le but, c’est de leur donner l’occasion de démontrer leurs capacités à développer des algorithmes intelligents afin de compétitionner avec les autres équipes», m’explique Marc.  «C’est aussi une bonne façon de faire connaître Coveo et de rencontrer l’équipe. Bien sûr, il faut que le plaisir soit au rendez-vous et ça, on s’en occupe!»

L’équipe triomphante gagne la gloire éternelle de voir leurs noms inscrits sur le trophée Coveo Blitz, en plus d’un prix pour chacun des membres de l’équipe. Au fil des ans, des prix de toutes sortes ont été gagnés par les champions : des ordinateurs portables, des casques de réalité virtuelle, des écrans 4K, des iPads et des GroPro. Cette année, chaque membre de l’équipe gagnante recevra un ensemble Vive Cosmos, le dernier cri en système de réalité virtuelle. Les gagnants des années précédentes peuvent s’inscrire au défi, mais ne peuvent pas remporter de prix en cas de victoire!

Et comment ça se passe?

Il faut arriver à l’heure! Il y a une période de temps limitée de huit heures pour accomplir tout ce qu’il y a à faire, ainsi que des échéances de livrables en cours de journée – pas pour rien que ça s’appelle Blitz. Les participants doivent fournir leur ordinateur et surtout leur talent!

Tout le code doit être écrit sur place, la journée même. Seuls les langages suivants peuvent être utilisés lors du concours : Java, C#, JavaScript, Python, Scala, Go et Typescript. L’utilisation de tout autre langage ou librairie externe doit être autorisée par Coveo.

C’est bien beau tout ça mais… c’est quoi au fait, le challenge? 

About that… dans le but que les étudiants ne puissent pas trop se préparer, on ne donne pas tellement de détails d’avance. On est plate de même. 

«On aime sortir les étudiants de leur zone de confort. C’est comme ça qu’on apprend des nouvelles choses, et qu’on se surprend à se dépasser», philosophe Marc. Il ajoute toutefois que : «Les participants vont devoir concevoir un logiciel qui répond à une, ou plusieurs questions, de façon à faire des points». 

Ça demeure un peu mystérieux. On aime ça.

 

______________________________________________________________________

Quelques anecdotes 

Les noms d’équipe de plus bizarres

«On a eu plusieurs noms drôle au fil des ans : Il y a eu «Real ETState» (formée d’étudiants de l’E.T.S.). «PerchaUDES» et «SEND UDES» (formées d’étudiants de l’Université de Sherbrooke). On a eu des équipes avec des dessins comme nom aussi  ¯\(ツ)/¯».
– Valérie Côté, chef d’équipe R&D

Les fois où l’on a frôlé la catastrophe

«Notre plateforme Blitz a connu quelques ratés dans une édition, ce qui a donné quelques sueurs froides aux organisateurs. Nous avions testé un certain nombre de scénarios avec notre plateforme et tout fonctionnait bien – un genre de «works on my machine!». La charge de 20 équipes de 4 personnes qui testent sur notre plateforme en même temps était trop grande et l’a fait planter». 

«Aussi, une année, nous n’avions que trois inscriptions à la date limite. On a pensé annuler l’édition et finalement, la dernière soirée, à quelques heures de la date limite, le soir de notre party de Noël, il est entré 15 inscriptions, ce qui a fait que nous étions complets! L’année suivante, nous avons mis un compteur avec le nombre de places restantes, question de «motiver» les étudiant. Et ça a fonctionné!»
-Marc Sanfaçon, Vice-président principal R&D

Le meilleur moment

«Un des meilleurs moment est la fois où toutes les équipes sauf une ne faisaient aucun point. Le dashboard était une course de Mario Kart avec un kart par équipe. Le kart qui faisait des points roulaient et les autres restaient sur place. C’était très drôle!»
-Marc Sanfaçon, Vice-président principal R&D

______________________________________________________________________

À propos de Antonine Yaccarini

Antonine travaille dans l’équipe des ressources humaines chez Coveo en tant que conseillère principale pour la marque employeur. Cette fille de Québec « born and raised » est passionnée par les communications et l’actualité, mais surtout par la manière dont les messages sont construits, transmis, reçus et compris.

Lire la suite du même auteur